BOUTEILLES DE BOISSON GAZEUSE DU QUEBEC 

 

 

  

                                 

 
BOTTLE SODA POP MONTREAL QUEBEC CROWN CAP

This newly published book  (2006) 
"BOUTEILLES DE BOISSON GAZEUSE DU QUEBEC 
AU XX IEME SIECLE" 

covers the history of Soda Pop bottles in the 
province of Quebec, Canada, during the twentieth century. While the book is in French only, an English 
speaking only reader can grap most of the important information (see the accompanying sample pages).
 It contains a listing of bottlers that were operating 
in Quebec during this period. 252 bottles, 
using crown caps only, are included and photographed. 
A full section in color shows all the bottles with
 their current values. Soft-cover, in format 8 1/2" x 11", it contains 312 pages. 30 pages in color. Most bottles 
were never shown in any book. When known,
 each bottle is shown with its corresponding ca
p.

 Shipping for this item:
please inquire, approx $15 for the US only

COLLECTOPHILE
3570 boul. Henri-Bourassa Est
Montréal-Nord, Québec
CANADA. H1H 1J3
(514) 591-1835
 infoarm@videotron.ca

 

L’historique de la bouteille de boisson gazeuse au Québec

L’historique de la bouteille de boisson gazeuse au Québec commence au début des années 1800. Peu de recherches ont été faites à ce jour sur ce sujet et l’histoire reste encore à écrire. Cependant, cette histoire se confond avec l’embouteillage de l’eau minérale naturelle, l’eau gazéifiée et l’eau gazéifié à laquelle on a ajouté une ou des saveurs.

L’eau gazéifiée est une invention anglaise du XVIIIIième siècle. En ajoutant du gaz carbonique à l’eau, on voulait reproduire une eau effervescente comme celle produite par certaines sources d’eau naturelle. En scellant la bouteille parfaitement au moment de l’embouteillage, l’eau pouvait être dégustée, au moment désiré, tout en bénéficiant des effets du gaz carbonique. L’effet semblait médicinal en aidant la digestion.

La bouteille du début à fond plat était fermée à l’aide d’un bouchon de liège. L’entreposage de la bouteille debout faisait sécher et fendiller le bouchon. Se faisant, la bouteille perdait son gaz. On imagine la déception au moment de boire la boisson sans son gaz. Elle était plate sans effervescence. La recommandation a été d’entreposer la bouteille penchée afin de conserver le bouchon humide et d’assurer ainsi l’étanchéité de la bouteille.

LA BOUTEILLE TORPILLE
À l’usage, les gens oubliaient de pencher la bouteille. La solution trouvée, dès 1769 en Angleterre, a été l’invention de la bouteille de type torpille, qui est devenue de plus en plus populaire avec les années. La bouteille ressemblait à un citron. Elle ne pouvait pas rester debout par elle-même. Elle devait être entreposée couchée. Cette bouteille était souvent embossée au nom de l’embouteilleur. Une petite étiquette y était parfois apposée. Cependant, à cause de la forme de la bouteille, on ne pouvait pas y coller une grande étiquette et on y inscrivait que peu d’informations Au moment de consommer le contenu de la bouteille, un petit support de métal fut inventé permettant de retenir la bouteille debout. La bouteille torpille était encore en usage au début du XXième siècle, même si elle était largement déclassée par toutes les autres inventions qui suivirent. On trouve très peu de bouteilles torpilles embossées au nom d’un embouteilleur québécois.

LA BOUTEILLE À FOND ROND
Vers les années 1840,les américains ont modifié la bouteille torpille afin de la rendre plus pratique. La nouvelle bouteille était rectiligne avec un fond rond. Ainsi, elle était plus stable pour l’entreposage. Elle permettait ainsi d’avoir plus de contenu dans un même espace. Malgré q u’elle était souvent embossée, la forme de la bouteille permettait de lui apposer une plus grande étiquette, offrant plus d’espace pour décrire son contenu et inscrire les coordonnées de l’embouteilleur. Un petit support de métal permettait encore de la garder debout au moment de sa consommation. Ce type de bouteille fut en utilisation jusque vers les années 1920. Ce type de bouteille embossée au nom d’un embouteilleur du Québec est difficile à trouver. Elle est très rare avec une étiquette d’origine. Vers 1870, le défaut des bouteilles torpille et à fond rond résidait dans l’utilisation d’un bouchon de liège afin d’assurer l’étanchéité du gaz. Parmi plusieurs inventions, les 4 suivantes furent les plus populaires. Elles visaient à solutionner ce problème et à rendre la bouteille plus pratique

LA BOUTEILLE CODD
En 1872, Monsieur Hiram Codd d’Angleterre inventa un type de bouteille à fond plat utilisant une bille, qui, poussée vers le haut par la pression du gaz, assurait son étanchéité grâce à un anneau de caoutchouc à l’entrée du goulot. La bouteille était souvent embossée et une étiquette pouvait y être apposée. L’invention quoique intéressante, faisait que la bouteille était coûteuse à produire. On a aussi constaté que les enfants avait l’habitude de casser la bouteille afin d’en retirer la précieuse bille, très pratique pour les jeux. Ce type de bouteille resta même en utilisation jusque vers les années 1930. On trouve très peu de bouteilles de ce genre embossées au nom d’un embouteilleur du Québec.

LA BOUTEILLE HUTCHINSON
En 1879, Monsieur Charles G. Hutchinson, de Chicago, inventa un type de bouteille à fond plat utilisant un petit bouchon interne retenu par un petit mécanisme à ressort. Au moment de boire la bouteille, on poussait sur la tige au bout du goulot afin de pousser le bouchon vers le bas. Ce faisant, on pouvait boire le contenu de la bouteille. La bouteille était souvent embossée et une étiquette pouvait y être apposée. Ce type de bouteille est demeuré populaire jusqu’au début des années1920. On en trouve fréquemment avec le nom d’un embouteilleur du Québec.

LA BOUTEILLE AVEC UN FILETAGE INTERNE
Entre les années 1860 et 1910, on a aussi utilisé de façon irrégulière une bouteille ayant un bouchon qui pouvait se visser à l’intérieur du goulot. La bouteille était souvent embossée et une étiquette pouvait lui être apposée. On trouve très peu de bouteilles de ce genre embossées au nom d’un embouteilleur québécois.

LA BOUTEILLE «CROWN CAP»
L’invention en 1891 de William Painter, de Baltimore, devait révolutionner le marché des bouteilles de boisson gazeuse. C' était une capsule en métal qui s’ajustait sur le dessus du goulot de la bouteille et qui se refermait sur son contour qui avait la forme d’une couronne. L’étanchéité était assurée par un mince morceau de liège localisé entre la capsule et le goulot. La bouteille était à fond plat. On réfère à cette capsule en Anglais sous le nom de Crown Cap et le goulot en forme de couronne sous le nom de Crown Top. On a fabriqué quelques bouteilles à fond rond avec ce type de goulot. Mais, ce fut de courte durée. La bouteille moderne du XXième était inventée. Elle ne fut surclassée qu’à la fin du XXième siècle avec l’arrivée des capsules dévissables.

La bouteille Crown Top a aussi évoluée pendant la centaine d’années ou fut reine. Voici les principaux points de son évolution au Québec :

 

1920-1930 Début de l’utilisation de ce type de bouteille pour la boisson gazeuse au Québec. La bouteille de bière avait déjà été adaptée à ce type de bouteille depuis plusieurs années. La bouteille est généralement rectiligne avec ou sans embossage sur la bouteille. Une étiquette de papier lui est généralement apposée.

1925-1940 Plusieurs embouteilleurs conçoivent des bouteilles moulées très élaborées qui les distinguent de leurs concurrents. Ils font généralement enregistrer leurs dessins. Cela évite l’étiquette de papier qui est coûteuse à recoller au moment du remplissage.

1945 Début des bouteilles moulées avec étiquettes peintes. Elle a l’avantage sur les bouteille embossées de permettre plus d’inscriptions tout en utilisant des couleurs plus attrayantes. En plus, l’étiquette est permanente. Elles seront en norme jusqu’à aujourd’hui.

*1974 Début des bouteilles moulées avec étiquettes peintes. Elle a l’avantage sur les bouteilles embossées de permettre plus d’inscriptions tout en utilisant des couleurs plus attrayantes. En plus l’étiquette est permanente. Elles seront la norme jusqu’à aujourd’hui.

*1979 La loi Canadienne spécifie que le contenu doit être indiqué sur la bouteille en onces et en millilitres.

*1985 Début des bouteilles utilisant des bouchons qui vissent.

* Dates à confirmer

 

 

RETOUR